Lundi 7 mai 1 07 /05 /Mai 14:51
Après avoir effectué une interview auprès d'un travailleur social dans la médiation culturelle, analysez le langage utilisé, trouvez la part d'imagination dans le discours, & la mettre en relief avec les différents livres de la bibliographie proposée. Langue demandée : anglais.

 

tumblr_m3i6axzv2t1rqna2zo1_500.jpg We all belong to communities, it can be work, it can be school, it can be our origins, the politic we choose, our choices. Most of us agrees that only one of these communities can’t capture who we are, because we construct ourselves in each of these, and this is how we construct our identity. So we are defined by all these communities gathered. We represent ourselves as belonging to these random communities. None of it entirely captures who we are, but all of it does. We can see it as a puzzle. We can’t be belittled to one community because it’s too restricted. But every one of these communities can partially explains who we are, put together. And I think this puzzle has no end. Our imagination positions us in life. What we imagine being us and the others, where we stand, it what makes social work a kind of job where everything is not clearly defined. We are strangers to strangers because we don’t have all the same background; we imagine we are all different in some ways. In society, communities can be prisons. People see you only through the glasses of communities. They can categorize you without any dialogue, only by seeing where you come from, what you like to do, where you study. Their imagination does the math. A big wall that is hard to climb. Respecting differences is a valuable principle, but it can also be negative if you push it too far. That can lead us to think “we are so different from them, that we could never cross them, meet them, or understand them. Our differences are impermeable.”


 Imagination and its representations are also part of the daily life, and make us do things, change things, or take decisions.  

« Je voulais être utile mais pas au point d'aller en médecine par peur de mettre la vie des gens en danger. » (I wanted to be useful, but not to the point of being a doctor because I was afraid to rick people's life)

This person has her own idea of what is medicine, and what it’s required to be a doctor. Imagination changes life and career. What you think of a job may change your aspiration. It’s the same in the social work; imagination may lead you in a path where things are untruth. Stereotypies, illusion, dreams, you might see what you want to see, not the reality. Being doctor implies a possibility of death. And to be responsible of such thing was not possible for her. She sees things from a certain angle.


« A dix-sept ans j'ai pris conscience d'avoir beaucoup de chance d'être en quelque sorte une privilégiée. C'est à dire d'être dans un pays en paix, de pouvoir parler, marcher, de n'avoir manqué de rien sans pour autant être riche. Je me suis donc dis que c'était la moindre des choses d'aider les autres et en faire profiter ceux qui n'avaient pas eu la même chance. » (At 17, I realised that I was lucky and privileged. To be in a peaceful country, being able to talk, walk, I never lacked of anything without being rich. So I thought that it was the least of all to help people that didn't have my luck)

She thinks being French allows you freedom and rights, and this advantage, you have to give it back. It’s a projection. An idea of what is France: the country of freedom and rights, a privileged country of peace and democracy. Some may not agree. The idea of giving back the charity that you received can be associated to a religious way of thinking, even if of course, it’s not always the case.


« Le fait d'avoir grandi dans un milieu digne et respectueux de l'autre a surement joué un rôle. »

(The fact that I grew up in a ambience worthy and respectful certainly played a role.)

It’s clearly an image of her identity, what she imagines her family looks like. She thinks that her familial environment made her who she is, that it has constructed herself. Family is one community, a country could be another. What are the possible representations in a nation? 


In the book of Philippe d'Iribarne, Les immigrés de la République , we can see that this kind of representations, about a country, about the people who lives in it, comes from the long history of men. We were, since decades, categorized and classified by our social position. Integration in a society is integrated a new word with its code, its laws, its symbols. Some of the interview shows that the interviewed people where positioning themselves integrated to the French society, even thought they were not all from France. Sometimes, these social workers have no intercultural background so they might be frozen in a schematic vision of the situations, related to their own imagination. Sometimes, culture is an idea which traps people in projections. Social workers may want to help, but without previous knowledge, they might go to the wrong way. They project themselves in other’s situation, and so they are empathetic, not in reality, but in imagination. Because, like Margalit CohenEmerique said, “Culture is not frozen, it’s consistently in motion”. You can’t picture others like a photography which shows you a unique image, but hides from you the living moment, with its changes and feelings. Everyone has his own references framework, but migrant have to adapt their own to understand the new references of their new country, if not, they may be isolated. According to Margalit Cohen-Emerique, exoticism is one of the imagination’s schemes which can deprive the situation of its true reality. It’s like a dream of a faraway culture, an idealized (but other) civilization. This kind of thinking puts the other very far from our own culture, and makes him something that is absolutely, and irrevocably, different. It brings prejudices. We can see it in some part of the interview, where people said “he is from here, so he will react like that, we have to be careful on this matter”. There is a tiny line between intercultural preoccupations and clichés in social work. Indeed, where is the boundary between stereotypies and adapting to one’s culture (imagining that his culture is like that and not otherwise) to not disturb the person? Valorizing the other is not always making him comfortable. It creates a certain distance. Margalit CohenEmerique explains that this mechanics are the product of ethnocentrism, but also, in social work, the product of the conception, the image we put on the face of a person, which blocks the understanding of situation with non-occidental migrants. It’s ignorance that leads to the choc of communities, according to Philippe d’Iribarne. In France, he thinks that even if we are the country of equality and fraternity, we still love our differences, our hierarchy, our social order… We put distances. So the politic equality never reaches the social inequality. And our imagination is partially built by these images of the society in which we were born and where we live. So, how to adapt to one’s culture without making it irrevocably opposed, when differences still exist, inside and outside the juncture of countries ?


There is no law to adapt to another culture, no recipe, it’s very complex and it depends on a lot of variant things. Social workers have to decenter themselves, to get away from their own imagination to understand these complex situations without prior thought. To communicate, the respect of the other culture and its understanding are very important. In the world, we do not all speak the same way, our languages are different as our customs, and to adapt is primordial. Sometimes, we have to wear a mask because society requires us to do so. There are rules, and we have to deal with it, to adapt to avoid being stereotyped, classified or categorized because everyone is different, including inside one’s culture. We can compare every intercultural conversation to the interview we had to do. Interviewing is not easy, because we have to adapt to a person that we don’t know, different from us, we have to adapt to the change quickly, and to adjust ourselves to the different situations that it may bring. Being intuitive is essential. It’s also like working with teammate: observing what others can or cannot do, adapt to the situation and change it if it’s necessary. All of it can be a metaphor of intercultural dilemma.


We could see in the interviews that every cultural problem is delicate, and imagination sometimes rules the mind. To avoid being trapped, intercultural dialogue seems to be one of the best options.

 

 Photo :  Boy_Wonder on Flickr.

Par K-COM - Publié dans : Interculturel
Voir les 0 commentaires
Mardi 24 avril 2 24 /04 /Avr 19:28

okoreajdc--4---2-.jpgEn charge du Pôle Culturel de l'Association O'Korea, je fais partie de l'équipe qui a pour but d'organiser l'évènement annuel de la section coréenne de l'INALCO (Institut des Langues Orientales de Paris) :

La Journée de la Corée

 

Pour se faire, nous avons dû trouver des sponsors dans le but de réunir les fonds nécessaires à cette journée, organiser le planning, trouver des ateliers, des intervenants, faire de la publicité pour promouvoir l'évènement, faire une décoration spéciale et mettre en place de nombreux projets franco-coréens. 

 

L’évènement durera toute l’après-midi du vendredi 04 mai 2012, de 13h à 18h30, et regroupera de nombreuses activités liées à la Corée, comme des ateliers de calligraphie, des noeuds coréens, ou encore des jeux typiquement coréens dans une ambiance festive. 

Les élèves en langue coréenne ont également réalisé de nombreux projets dans le but de promouvoir leur section, avec des vidéos (sur l’INALCO en général, parodiques, ou plus centrées sur la Corée), du chant, et de jolies surprises. 

Il y aura également un buffet, dirigé par de grands chefs coréens, pour faire déguster à tous et gratuitement la cuisine made in Korea. 

Tous les étudiants de l’INALCO sont invités, quel que soit leur département, à nous rejoindre le temps d’une journée pour voyager en Corée et découvrir un nouvel univers. 

 

Le but de cette journée est de promouvoir la culture coréenne dans un établissement où les langues se croisent et parfois se rejoignent. Ce sera le cas pour cette journée, qui lie le national et l'international, représentant ce qu'est l'INALCO depuis des siècles : une école de drogmans. 

 

Photo : O'Korea
Par K-COM - Publié dans : Association O'Korea
Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 avril 7 15 /04 /Avr 21:26

 

1 / Type, domaine, et contexte de communication

 

S'agissant d'une publicité télévisuelle, la communication est ici médiatisée, directe et indirecte, par le biais des autres médias. Elle a une diffusion internationale mais est adaptée selon les différentes demandes. Qu'est-ce que la BB Cream ? BB pour Blemish Balm, c'est une crème née en Asie. Selon la légende, une actrice coréenne en aurait déposé sur ses cicatrices et cela les aurait guéries. Vrai ou faux, cette crème est vite devenue culte là-bas. La BB Cream y est très appréciée pour ses teintes extrêmement claires, rendant la peau pale, car pour les asiatiques le comble de la beauté est d'être blanche comme la neige. Elle agit en tant que base restructurante en lissant, gommant les imperfections, mais aussi en unifiant la peau qui devient comme « photoshopée ». Elle donne un effet que l'on qualifierait en occident de « vampirique » mais qui est en Asie très recherché. Là où les salons de bronzage se multiplient en France, et où les fonds de teint ont tous des nuances ensoleillées, en Corée, il faut que la crème de jour soit également une crème solaire pour empêcher la peau de foncer. C'est surement pourquoi la BB Cream a autant de succès : elle est 5 en 1, et possède une grosse protection contre les UV.

Mais alors comment cette crème si diamétralement opposée à tout ce qui se fait actuellement en France, essaie de s'y imposer ? Sa stratégie est de miser sur les références culturelles et identitaires des femmes concernées en occidentalisant le produit. La publicité télévisuelle récente de la BB Cream de Garnier est le premier pas de cette crème sur le marché grand public français, et l'on peut comprendre les différences culturelles entre l'occident et l'orient en comparant leurs différentes publicités respectives. Elle a été réalisée à Los Angeles avec un top modèle allemand. Elle dure trente secondes et passe actuellement sur toutes les chaînes de la TNT.

 

2 / Contenu et messages

BB ? La publicité met en scène une jeune femme blonde de type européen, obsédée par ces deux lettres. Elles les voient partout, elle les prononce un certain nombre de fois, et l'on comprend ensuite que ce sont les initiales de sa crème fétiche. Il fait beau, la jeune femme sourit beaucoup, montre avec ses doigts que sa crème agit de cinq façons différentes. Elle annonce également que c'est un soin miracle, aux pigments minéraux (donc naturels), et à la vitamine C (on peut voir une orange pressée, mais aussi en bas avec un astérisme : dérivé de vitamine C). Elle permet donc de faire cinq choses à la fois, et en plus, de les faire « vite et bien » (en trente secondes). On peut voir son visage avant/après la pose de la crème, et le jeu de mot étant facile : elle fait un effet peau de bébé. La publicité est très lumineuse, la musique choisie entraînante (le titre « It's a good day », présage une atmosphère joyeuse), et les couleurs sont pâles et féminines. Elle s'adresse à un public féminin et assez jeune. Le message est donc clair : c'est une crème révolutionnaire, miraculeuse même (selon les mots de la marque), qui vous fera passer moins de temps dans la salle de bain en vous rendant plus belle.

 

3 / Objectifs

L'objectif de la publicité est évidemment de vendre, et de sensibiliser le plus grand nombre de personnes aux qualités du produit. Elle essaie donc d'inciter les téléspectateurs à acheter la crème. Elle cherche également à s'adapter au public concerné, et aux différences culturelles. En effet, la crème a une teinte qui ressemble aux fonds de teints traditionnels commercialisés en France, ce qui n'est pas le cas des BB cream asiatiques qui au lieu d'être beiges, sont généralement blanches (voire grises pour certaines). De plus, le fait que la crème empêche le bronzage n'est pas mis en avant comme en Asie, uniquement le fait qu'elle « protège » des UV.

Les BB cream coréennes sont également destinées aux hommes, les publicités s'adressent donc aussi à eux, ce qui n'est pas du tout le cas en France où le public ciblé est exclusivement féminin. Là où les publicités coréennes utilisent des chanteurs ou acteurs connus pour vendre leur produit, la France mise sur un mannequin auquel voudront s'identifier les femmes occidentales. L'objectif est donc de séduire un public différent, le plus large possible, en tenant compte des valeurs communes du public concerné.

 

4/ Acteurs

Les destinataires essentiels sont les clients de la marque Garnier, et ceux qui sont intéressés par le maquillage en général. Comme la publicité est télévisée et diffusée sur les plus grandes chaînes, elle souhaite toucher un public de masse. Elle vise plus particulièrement les jeunes femmes (18 à 30 ans) bien qu'elle se veuille « accessible à toutes les femmes ».

La publicité a été réalisée par l'équipe de tournage Skinny, et est diffusée également aux Etats-Unis, et dans toute l'Europe.

Elle est produite par Garnier, qui en est le propriétaire, les autres acteurs étant les agences de diffusion de publicité en partenariat avec de nombreuses chaînes françaises de télévision.

 

5/ Ressources

Les secteurs impliqués sont les médias et l'économie, la publicité sert une entreprise à but lucratif.

Le support est l'audiovisuel et le numérique, les infrastructures sont Internet et la télévision. Elle est également présente dans des magazines de mode sous forme d'images et de photos.

BB Cream coréenne : “SKIN79 Hot Pink BB Cream”

 

6/ Comparaison

D'autres publicités similaires sont, par exemple, celle pour le fond de teint Gemey-Maybelline Dream mat mousse, qui joue d'avantage sur sa position de numéro 1 à travers le monde que sur sa nouveauté ou son innovation, ou encore la publicité pour Vichy et son fond de teint Aéra teint pure, qui se vend exclusivement en pharmacie et qui veut donner une image haut de gamme et saine du produit.

Par K-COM - Publié dans : Interculturel
Voir les 0 commentaires
Lundi 9 avril 1 09 /04 /Avr 14:37

Je suis en charge du Pôle culturel de l'association, en équipe avec Perrine Santarelli et Krennen Martinez. Voici une présentation plus ou mois globale des buts de notre association étudiante : O'Korea. 

 

417422_3181992673930_1389098749_3163696_240932904_n.jpg


O'Korea, une Association avec de nombreux objectifs !


Intégrée dans le département Eurasie, la section coréenne comprend plus de quatre cents étudiants, ce qui la place au troisième rang au sein de l'INaLCO en nombre d'étudiants. L'association O'Korea a pour but d'animer la vie étudiante de la section et de promouvoir la culture coréenne via des évènements culturels et sportifs, ainsi que de l'aide aux études et aux voyages. 


Journée de la Corée

Evènement majeur de la section coréenne, O'Korea se charge d'organiser la journée de la Corée. Cet évènement, se déroulant au mois de Mai, a pour but de faire interagir tous les étudiants de l'Institut autour d'un même pays : la Corée. L'association coordonne les animations et l'organisation des projets réalisés par les étudiants de la section, et propose une dégustation de nourriture coréenne à l'ensemble de l'Institut, ainsi que des ateliers s'inscrivant dans la lignée de la tradition coréenne. 

 

Le pôle culturel

 

Ce pôle met en place des activités autour d'un thème commun : la culture coréenne. Il tente, au travers de nombreux projets, de promouvoir cette culture par le biais de médias souvent méconnus. Il organise des séances de cinéma toutes les semaines au sein de l'INALCO, et met en place des discussions autour de thème de société, réunissant L1, L2, L3 et masters. L'organisation de soirée traditionnelle est également traité par ce pôle. 

Le pôle aide aux études

Ce pôle a pour but de mettre en place un partage de connaissances entre les étudiants de la section coréenne, ainsi que des échanges linguistiques entre des étudiants français et étrangers (coréens principalement). 

Le pôle évènementiel 

 
Il prend en charge l'animation de la section Corée, mettant en place des soirées et sorties autour du calendrier coréen et universitaire. Ce pôle possède un calendrier annuel répertoriant toutes ses activités. Les responsables du pôle restent à l'écoute des étudiants afin de traiter au mieux leurs envies. Les pôles évènementiel et culturel travaillent également sur des projets communs. 

Le pôle communication et logistique

 
Ce pôle assure le développement et le suivi de la stratégie de l'association envers diverses entreprises. Il prend également en charge le site internet qui propose un contenu relatif à la Corée.

Par K-COM - Publié dans : Association O'Korea
Voir les 0 commentaires
Lundi 9 avril 1 09 /04 /Avr 01:21

3.1/ THE KOREAN WAVE... A l'INALCO

 

L’Institut des langues orientales est au premier rang pour observer cette nouvelle vague venue de l’Est, étant une des seules universités françaises à proposer l’enseignement de la langue coréenne. C’est un microcosme reflétant à plus grande échelle ce nouveau mouvement culturel nommé « Hallyu », qui s’expatrie désormais dans toute l’Europe. La section coréenne est passée de 60 inscrits en L1, il y a à peine quelques années, à 150 en 2010, puis à plus de 300 en 2011. Cet accroissement montre les effets concrets du récent engouement français pour la Corée, qui dépasse désormais les cadres de la musique ou du cinéma pour créer le nouveau « rêve coréen », dans une optique de changement de vie, de métier, d’études.

      1656.jpg

 Pour analyser concrètement ce phénomène culturel, j’ai fait circuler un questionnaire/sondage au sein des différentes promotions de la section coréennes, à savoir majoritairement des L1 et des L2. En tout, 122 personnes ont participé à ce sondage. Le but de cette étude était de comprendre et d’analyser l’enthousiasme récent pour cette langue, et d’en voir les aboutissants concrets. Dans l’enquête, les questions posées étaient en premier lieu, la tranche d’âge, le sexe, puis la langue maternelle, ensuite des questions portées sur la culture et le pays avec des choix multiples : comment avez-vous connu la Corée ? Quand avez-vous commencez à vous y intéresser ? Aimez-vous la KPOP ? Aimez-vous les dramas ? Et s’ensuivait des questions plus personnelles, sur le projet de vie des étudiants : Souhaitez-vous vivre en Corée après vos études ? Y êtes-vous déjà allés ? Que souhaiteriez-vous faire comme métier ? Et pour finir une question libre : qu’est-ce qui vous attire le plus dans un pays comme la Corée ? 

 

3.2/ THE KOREAN WAVE à l'INALCO : le sondage


J'ai d'abord pu observer que la grande majorité des étudiants en coréen ayant répondu à ce questionnaire sont des filles. En effet, la vague Hallyu semble toucher en priorité la gente féminine, les rares hommes ayant donné des réponses montrent qu’ils ne s’intéressent pas au phénomène, ou même qu’ils ne sont même pas au courant de son existence. En effet, ils ont répondu presque systématiquement « non » aux questions « aimez-vous la K-pop ou les dramas ? ». Ils sont, par contre, eux aussi imprégnés par la culture coréenne et sont attirés par elle : « Le Corée possède une langue, une gastronomie et une culture unique. ». Pourquoi alors, la culture pop coréenne touche-t-elle davantage les femmes ? Un élément de réponse serait probablement que le public ciblé par cette industrie est avant tout féminin. Bien qu’il y ait de nombreux « girls band » c’est principalement les groupes masculins qui remportent la partie, vis-à-vis des ventes et du nombre de fans. Les femmes sont-elles plus sujettes à montrer leur enthousiasme vis-à-vis de leur groupe fétiche ? Le fait est qu’elles sont une très grande majorité dans le milieu. L’âge moyen est de 20 à 25 ans, suivi de près par la classe des 18-20 ans, et ce sont eux qui se sont montrés les plus enthousiastes vis-à-vis de la vague coréenne, montrant que sa culture pop touche principalement les jeunes adultes.  C’est donc un phénomène plutôt générationnel. En France aussi, se sont bien les dramas qui semblent être les principaux portes porales de la culture coréenne suivis par la K-pop. On peut en déduire que la majorité des étudiants en coréen à l’INALCO n’ont pas découvert la Corée durant un voyage, ils n’y sont d’ailleurs majoritairement jamais allés, mais bien par le biais de ces médias qui dépassent réellement leur état de simple vecteurs de la culture coréenne en entraînant de nombreuses vocations et des changements de vie. En effet, plusieurs personnes ont répondu vouloir travailler dans le milieu musicale ou dans le cinéma après leurs études, mais le domaine qui revient le plus est avant tout lié au commerce international. Ils aiment donc en majorité les dramas et la K-pop, qui leur ont fait découvrir le pays, mais ils ne souhaitent pas travailler dans ces domaines. On peut peut-être voir ici un mélange de culture française et coréenne : des rêves, oui, mais les pieds sur terre.

 

Les personnes ayant répondus à ce questionnaire semblent être moyennement influencés par la culture coréenne, même si c’est elle qui revient majoritairement dans leur critère d’appréciation de ce pays. En effet, à la question « qu’est-ce qui vous attire le plus dans ce pays ? », c’est presque systématiquement que la culture est citée, et quasiment toujours en opposition avec celle de l’occident : « La culture totalement différente de la nôtre. Une autre façon de voir les choses. Le fait de vouloir connaître autre chose que l’Amérique. », « Le sens de l’esthétisme, l’évolution rapide qui mêle tradition et technologie, une culture asiatique différente de la nôtre », « Le fait que tout soit très différent de tout ce que j’ai connu, tant dans la façon de vivre, que dans la tradition et les coutumes. Les valeurs et la vision de la société qui n’est pas la même qu’en Europe et c’est justement ce qui me plait. », « La langue coréenne et le fait que la culture soit à l’opposé de la nôtre. », « Son histoire et sa culture assez différente de la culture occidentale », « le dynamise, l’ambiance, la rapidité administrative », « La culture et la différence de mentalité ». Ce qui plait en Corée ? Sa différence avec la France. C’est assez étonnant de voir que la principale qualité d’un pays est d’être en opposition avec celui dans lequel vivent les étudiants. Comment expliquer la vague coréenne ? Peut-être en observant ce qui se passe en Occident. Une autre réponse qui revient souvent est « son dynamisme, ses opportunités, son économie ». Les jeunes français n’auraient-ils plus confiance en leur pays, concernant leur avenir ? Ils souhaitent « voir ailleurs », ils aiment une culture très différente de la-leur et s’en imprègnent. Peut-être recherchent-ils là-bas ce qu’ils ne trouvent pas ici. La culture est donc un élément clef du succès de ce pays, avec ses codes, ses principes, ses traditions, son système de vie. Les fans étrangers s’y retrouvent et forment une nouvelle communauté avec ses règles et ses emblèmes : les dramas, la K-pop, la modernité, et certaines valeurs morales. Ce ne sont donc pas des goodies ou des biens que recherchent ceux qui aiment la Corée, mais plutôt un changement radical de vie.

 

Et c’est certainement ce qui rend leur attachement à ce pays presque inébranlable.

                                                                                                                                                                  Photo : YONSEI University
Par K-COM - Publié dans : Culture coréenne
Voir les 0 commentaires

Présentation

  • : K-COM
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact
  • : Blog-projet pour la filière CFI. Je suis Maud Masson, étudiante en licence LMFA langue coréenne mention CFI (Communication & Formation interculturelle) à l'INALCO (Institut des Langues et des Civilisations Orientales), actuellement en troisième année. Ce blog a pour ambition d'exposer mes compétences en matière de communication/médiation interculturelle, ainsi que de partager mon expertise sur la culture coréenne, qui avant d'être un travail, est une passion.

Profil

Curriculum Vitae

FORMATION

           2009 Baccalauréat Littéraire option latin, anglais & cinéma mention TB
Lycée Bossuet – Meaux

            LMFA Coréen mention CFI (Communication et Formation Interculturelle) –

           Licences 1 & 2 acquises

Licence 3 en cours

      ISS HUFS SUMMER SCHOOL à HUFS en Corée du sud 

Certificat Best in class in Cross cultural comminucation

 

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

            Stage en Librairie (deux mois) : Vendeuse, conseillère

            Hôtesse  dans l'évènementiel : Salon de la Médecine, Allergologie au Palais des Congrès

            Hôtesse d'accueil : Centre commercial Val d'Europe (2 mois)

            Free-lance sur un site Internet (rémunéré) : Rédactrice, chroniqueuse (1 an)

            Journaliste et chroniqueuse : Expositions (ponctuel) 

            Employée de l'agence Educazen : Babysitting (1 an)

 

           Association étudiante O'Korea : Directrice du pôle culturel. 

 

LANGUES

            Anglais Niveau C1 : autonome. 

            Coréen Intermédiaire.


CENTRES D'INTÉRÊTS

            La lecture.

            La rédaction.

            L'écriture.

            L'actualité.

            La culture. 

               La communication.

               Les langues, les voyages.

 

 

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Liens

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus