524460 10150691660403808 731713807 9359432 2043904701 nLa culture coréenne est-elle foncièrement différente de la culture française ? Si elle l'est, quelles seraient ces différences ? Analyser ces éléments de divergences est un exercice parfois nécessaire pour pouvoir entamer un dialogue constructif. J'ai testé l'expérience, et elle peut parfois s'avérer être périlleuse pour quelqu'un de non-initié. Les Coréens réfléchissent beaucoup à des choses qui semblent plus naturelles en France, car tout en Corée du sud est codifié. En effet, lorsque des amis sortent, les filles et les garçons doivent se mélanger, ce qui donne souvent le plan de table garçon-fille-garçon, alors qu'en France, nous nous asseyons surtout par affinités et sans vraiment réfléchir à cette action banale. Pas la peine d'essayer de négocier : en Corée du sud, une fille doit être assise à côté d'un garçon. Les coréens ne semblent laisser que peu de place au hasard, et les situations inattendues les mettent mal à l’aise, les sorties « improvisées » ne rencontrent bien souvent pas un grand succès. On peut analyser ce comportement avec les « five cultural dimensions » de Hofstedeest, en premier lieu « Power Distance Index (PDI) » et ensuite « Uncertainty Avoidance Index (UAI) ». La société coréenne, de même que sa langue, est très hiérarchisée et cela vaut également au sein d’un groupe d’amis. On ne s’adresse pas de la même manière à quelqu’un de plus âgé, même s’il n’y a qu’une année de différence. On n’utilise également pas les mêmes formes grammaticales pour quelqu’un dont le statut social est supérieur ou inférieur. Ces aspects, visibles dans la langue elle-même, se traduisent également dans le comportement. Il y a une distance requise liée au pouvoir, ce qui donne parfois l'effet de "meute" à un groupe d'amis. Le membre alpha étant généralement le plus vieux, ou le plus riche, ou celui qui a le mieux réussi (ou, de préférence, les trois). Ce système est très certainement l'un des résultats de l’influence confucéenne, impliquant autorité, piété filiale, et dénominations correctes. En Corée, lorsque l'on se rencontre entre amis pour aller au restaurant, le « partage de la note » à la française n’est pas de mise. En effet, bien souvent, l’homme le plus âgé pait pour tout le monde, et n'essayez pas de demander au serveur de diviser le prix, il vous regardera sans comprendre, et vous passerez sûrement quelques longues minutes de solitude.  La Corée est un pays à contexte culturel riche, qui base sa communication sur l’implicite, tandis que le modèle français est à contexte pauvre, ce qui ne facilite pas les échanges même les plus simples. Ma franchise vis-à-vis de mon ressenti immédiat n’est bien souvent pas comprise lorsque je suis avec des amis coréens, étant habitués à masquer leurs émotions, à jouer davantage sur le silence et non sur la parole. Toutes ces situations montrent à quel point la culture influe sur le comportement quotidien de chaque individu, et qu’il faut en premier lieu connaître la culture afin de faire évoluer positivement les situations les plus délicates.

 

Retour à l'accueil